Instagram Shopping : un levier d’acquisition indispensable pour les e-commerçants.

Le réseau social Instagram est devenu un outil marketing indispensable pour les entreprises, d’autant plus avec les changements qu’a engendré la crise du covid-19. Rachetée par Facebook en 2012, l’application comptabilise + d’un milliard d’utilisateurs actifs par mois dans le monde. Autrement dit, Instagram offre aux entreprises l’opportunité d’accroître sa visibilité, et par conséquent son nombre de prospects et ses ventes.

Aujourd’hui, 50% de ses utilisateurs y suivent au moins 1 marque, et 80% affirment y découvrir continuellement de nouveaux produits et services.
Ces différents formats innovants tels que les photos, les vidéos, les stories, les IGTV ou encore les reels permettent aux entreprises d’être créatives et de laisser parler leur image de marque. Le réseau social propose même de suivre les impressions et les conversions sur chaque publication, permettant de prouver l’impact bénéfique de son utilisation.
Découvrez l’article dans son intégralité pour savoir comment lancer son entreprise sur Instagram et profiter de ses avantages. Nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir sur ce nouveau levier d’acquisition.

Faire de la publicité sur Instagram

Instagram étant un réseau social dédié à l’image, le visuel est donc primordial. Ainsi, la plateforme propose différents formats de publicité : les images uniques, les vidéos ou le Carrousel, mais également plusieurs endroits d’affichage. Les publicités du réseau social peuvent apparaître dans le fil d’actualité des utilisateurs, les stories ou encore l’onglet Explorer permettant aux marques de toucher des utilisateurs non abonnés. Là, elles s’affichent au milieu des contenus organiques et disposent toujours d’une icône Sponsorisé et majoritairement d’un bouton call-to-action.

Les publicités d’Instagram peuvent toucher de grandes audiences grâce à un trafic plus ciblé. En effet, l’application profite des données collectées des firmes du même groupe : Facebook, Messenger et WhatsApp. Vous l’aurez compris : une publicité bien intégrée dans le fil d’actualité génère un taux de clic élevé.

Entre d’autres termes, exploiter la publicité sur Instagram est utile pour faire de l’acquisition : le format Mobile Collection (où les créations visuelles et les messages à transmettre prennent toute leur importance) vous permettra d’atteindre de nouveaux clients, tandis que le format Carrousel Produit vous aidera lors de vos campagnes de retargeting.

Instagram Shopping pour les e-commerçants

Depuis en 2018 et pour les comptes professionnels, il existe Instagram Shopping, une fonctionnalité gratuite proposée aux e-commerçants par le réseau social.

Avec ce service, les marques disposent d’une vitrine ainsi que d’un onglet « Boutique » sur leur profil afin de faire découvrir et commercialiser leurs produits via l’application. Instagram Shopping permet également de présenter des produits grâce à des publications organiques sur leur profil. En taguant les articles présents sur leurs photos, les e-commerçants activent un tag affichant leur nom et leur prix. Le processus d’achat s’en voit facilité car lorsque les utilisateurs cliquent sur un article, un lien les redirige automatiquement vers la fiche produit du site internet. Instagram Shopping permet, de cette manière, de capter des prospects qualifiés.

Et voilà, vous avez toutes les clés en main pour développer votre business grâce à Instagram Shopping.
N’hésitez pas à découvrir notre article sur l’évolution du e-commerce en France, qui devrait également vous intéresser.

Rejoignez nous sur Facebook pour suivre toute l’actualité de la licence e-commerce et marketing numérique.

 

10 astuces pour trouver son alternance

Nous sommes au mois d’Avril, période de candidatures et admissions en école. Mais, il s’agit aussi du mois idéal pour postuler et trouver son alternance ! En effet, malgré la situation compliquée et les périodes de confinement, il est important de rester optimiste car les entreprises pensent à l’avenir et vous avez encore toutes vos chances trouver votre bonheur.

C’est pourquoi aujourd’hui, nous vous dévoilons 10 astuces pour une bonne recherche d’alternance et décrocher des entretiens !

1 – S’y prendre à l’avance

Une organisation optimale entre votre emploi du temps étudiant ou personnel et vos recherches est primordiale. Il faut vous mettre dans les meilleures conditions pour envoyer de bonnes candidatures. Ainsi, il ne faut pas s’y prendre au dernier moment, car postuler demande beaucoup de temps. Plus tôt vous commencerez, plus les recruteurs vous trouveront motivé et moins la tâche sera anxiogène pour vous.

2 – Cibler les recherches

Pour être efficace lors de vos recherches d’alternance, il faut aller à l’essentiel. En effet, avant toute chose, il faut définir vos objectifs pour vous concentrer sur les postes liés à ces derniers. Mais ne négligez surtout pas les PME qui recrutent parfois plus que les grandes entreprises ! Pour finir, n’hésitez pas à envoyer des candidatures spontanées aux entreprises, on sait jamais, ça peut payer.

3 – Un bon CV pour une bonne alternance

On y vient enfin. Le CV c’est votre vitrine, la première chose que le recruteur va scruter mais aussi la première impression qu’il va se faire de vous, alors il faut qu’il soit parfait ! N’hésitez pas à consulter notre article CV : 10 astuces pour l’améliorer afin d’avoir un curriculum vitae en béton armé.

CV

4 – Des lettres de motivation personnalisées

Ce que les recruteurs détestent par-dessus tout, ce sont les lettres de motivation plates, similaires au CV. Dans votre lettre de motivation soyez vrai et authentique. N’essayez pas d’écrire une très longue lettre dans laquelle vous n’avez pas grand-chose à dire, car on le sait la qualité passe avant la quantité. Et surtout, personnalisez-la en fonction de l’entreprise et de l’offre d’emploi. Nous vous conseillons de lire notre article Comment rédiger une lettre de motivation ?

5 – Ne pas négliger les réseaux sociaux

Pensez à vous inscrire sur LinkdIn car vous pourrez vous créer un réseau de professionnels et obtenir des contacts dans votre secteur d’activité. Et croyez-nous ça peut s’avérer bénéfique pour décrocher un contrat d’alternance !

Mais aussi, n’hésitez pas à diffuser votre CV avec un petit texte d’accroche sur Facebook par exemple.

6 – Créer des alertes d’alternance sur les jobs boards

Les jobs boards sont les plateformes en ligne qui référencent les offres d’emploi. Consultez-les très régulièrement et il est conseillé de vous créer une alerte afin de recevoir un mail ou une notification des annonces susceptibles de vous intéresser.

Voici une petite liste de jobs boards qui pourront vous aider dans votre recherche d’alternance :

Bien évidemment il en existe plein d’autres encore !

7 – Envoyer plusieurs candidatures

Il s’agit de la partie qui vous demandera beaucoup de temps. Mais soyez persévérant en répondant au maximum d’offres que vous pouvez, et aussi en envoyant autant de candidatures spontanées que possible. Attention, restez tout de même vigilants sur la qualité de ces candidatures qui doivent être parfaites. Car vous vous rendrez vite compte que si vous attendez après une seule entreprise, vos recherches vont devenir longues alors que vous n’avez pas forcément le temps !

8 – Faire un suivi des candidatures

Pour ne pas vous perdre dans l’envoi de vos candidatures d’alternance et envoyer de nouveau à une entreprise qui vous a déjà donné une réponse, tenez un tableau à jour contenant le nom de l’entreprise, son contact, si vous avez reçu une réponse ou si vous êtes encore en attente. Ainsi, vous gagnerez du temps et vous y verrez plus clair.

9 – Relancer les entreprises

Si vous êtes dans l’attente de réponses, relancez les entreprises. Passez un coup de téléphone, c’est ce qui fonctionne le mieux ou envoyez de nouveau un mail. Non seulement vous finirez peut-être par obtenir une réponse, mais surtout, l’employeur vous verra motivé.

10 – Être prêt pour l’entretien

Avant d’obtenir un entretien, commencez à réfléchir à des réponses aux questions qui pourraient vous être posées et mettez-les à l’écrit. Relisez-les assez souvent, comme ça le jour J, vous serez à l’aise devant le recruteur !

entretien embauche alternance

Les 5 aides financières pour apprentis

Si vous êtes à la recherche d’aides financières pour apprentis vous êtes au bon endroit ! Qui dit étudiant, dit bien souvent fauché… Malheureusement, vous êtes de manière générale en difficulté financière et très mal informés des aides financières auxquelles vous êtes éligible.

Vous souhaitez bénéficier d’une aide ? Ici, on va vous expliquer en détail toutes les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre avec le statut d’apprenti. On vous propose des aides personnalisées en fonction de votre situation.

Et bonne nouvelle… Beaucoup d’aides sont cumulables !

Toutes les aides financières pour apprentis

Si vous lisez cet article, c’est que vous avez choisi une formation en apprentissage. En tant qu’apprenti, vous bénéficiez d’un petit salaire (la rémunération des apprentis varie selon votre âge, et votre année de formation). Mais ce salaire ne vous permet pas forcément de subvenir à tous vos besoins quotidiens (loyer, courses, frais de déplacement, etc.) …

De nos jours, il existe de nombreuses aides financières pour apprentis, dont vous ne connaissez pas forcément l’existence… Elles sont en général réservées à vous, jeunes apprentis de moins de 25 ans (ou parfois même ,sans limite d’âge comme pour la prime d’activité ou les APL par exemple). Vous pouvez vous réjouir car nous allons vous proposer 5 aides auxquelles vous serez sûrement éligible !

(Vous devez savoir que votre salaire brut et votre salaire net est identique lorsque l’on est apprenti car avec ce statut, les patrons sont exonérés de charges sociales)

 

Les aides financières pour apprentis

Les aides financières pour apprentis ou pour étudiants (étant en activité professionnelle) que nous allons vous présenter ici sont la prime d’activité et l’aide au permis de conduire.

La prime d’activité

La prime d’activité est une aide qui sera perçue par les travailleurs à faibles ressources. Le montant de l’aide peut varier en fonction de votre rémunération et elle est accordée sous plusieurs conditions :

  • Votre situation : vous devez être majeur (avoir 18 ans révolus), être français ou citoyen de l’espace économique européen, et résider en France. De plus, vous devez travailler (apprentis et/ou étudiants) ou être indemnisé au titre du chômage partiel ou technique.
  • Vos revenus : vous devez toucher au moins 78% du Smic net, 950,82€ mensuels. Concernant vos versements mensuels ce sera la CAF ou la Mutualité sociale agricole (MSA) qui s’en chargera.

Si vous réunissez ces trois conditions, nous vous invitons à faire une simulation de Prime d’activité sur le site de la CAF.

Ensuite, si votre simulation se révèle positive, nous vous invitons à faire une demande de Prime d’activité.

Enfin, n’oubliez pas de déclarer vos ressources tous les trois mois.

L’aide au permis de conduire

L’aide au permis de conduire consiste à vous proposer (apprentis majeurs -> avoir 18 ans révolus), lorsque vous entrez en formation (comme la licence professionnelle E-commerce et marketing numérique) la somme de 500€ afin de participer au financement de votre permis de conduire. Cette somme peut également vous être versée si vous avez passé votre permis de conduire il y a moins d’un an.

Si cette aide financière vous intéresse, nous vous conseillons de vous rapprocher du responsable pédagogique de votre formation.

Les aides financières pour apprentis relatives au logement

Les aides financières pour apprentis et étudiants émancipés (avoir quitté le domicile familial) relatives au logement que nous allons vous présenter sont l’aide Mobili-jeune et l’Aide Personnalisée au Logement (APL).

L’aide mobili-jeune

L’aide MOBILI-JEUNE est une subvention qui prend en charge une partie de votre loyer (le montant de cette aide varie entre 10€ et 100€) tous les mois et pour une année scolaire (renouvelable à chaque rentrée scolaire). Pour bénéficier de cette aide, il y a plusieurs conditions à rassembler :

  • Votre situation :  vous devez être en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, dans une entreprise du secteur privé non agricole et avoir moins de 30 ans.
  • Vos ressources : vous devez percevoir un salaire inférieur ou égal à 100% du SMIC.
  • Votre logement : vous devez être locataire ou colocataire d’un logement loué vide ou meublé (appartement individuel, foyer, résidence sociale, chambre en internat, etc.). Votre logement doit se trouver à près de votre lieu de formation et/ou de votre entreprise.

Si vous souhaitez bénéficier de cette aide financière pour apprentis, nous vous conseillons de faire une simulation d’aide Mobili-jeune.

Votre simulation s’est avérée positive ? Vous devrez déposer votre demande avant le début de votre cycle de formation ou dans les 6 mois qui suivent le début de votre formation sur le site d’Action Logement.

Les APL

L’APL ou aide personnalisée au logement est une aide financière visant à contribuer au paiement de votre voyer dans le but de réduire le montant de votre loyer. Pour que cette aide vous soit versée, vous devrez remplir certains critères relatifs à votre situation.

  • Votre logement : l’aide ne peut vous être versée que pour votre résidence principale située en France. Vous devez être locataire ou sous-locataire (déclaré auprès du propriétaire) d’un logement (location, colocation, foyer, héberger chez un accueillant, etc.). Votre logement doit être conventionné.
  • Votre situation : vous devez être Français ou posséder un titre de séjour valide si vous êtes étranger. Vous ne devez avoir moins de trente ans, en revanche aucune condition d’âge minimum n’est requise, un mineur peut donc bénéficier de cette aide (bail signé ou co-signé par les parents ou le responsable légal).
  • Vos ressources : le calcul de cette aide se fait en fonction de la composition et de la totalité des ressources perçues dans votre foyer. L’actualisation de vos ressources trimestrielles se fera automatiquement.

Si vous réunissez ces trois conditions, nous vous invitons à faire une simulation d’APL sur le site de la CAF.

Ensuite, si votre simulation se révèle positive, nous vous invitons à faire une demande d’APL.

L’aide financière à la santé 

Les aides financières relatives à la santé concernent les personnes ne disposant pas des moyens nécessaires pour souscrire à contrat de complémentaire santé. Ici, nous allons vous présenter la C2S.

La C2S

La Complémentaire Santé Solidaire est une couverture santé qui permettra une prise en charge gratuite de la part complémentaire des dépenses liées à votre santé. La C2S, est affiliée à la Sécurité sociale. Vous pourrez bénéficier d’une prise en charge à 100 % de la quasi-totalité de vos soins.

Cette couverture vous sera délivrée selon certaines conditions :

  • Votre situation : pour pouvoir bénéficier de la C2S vous devez impérativement être Français ou détenir un titre de séjour valide. De plus, vous devez résider en France depuis au moins trois mois.
  • Vos ressources : seules les personnes à faibles revenus peuvent prétendre à la C2S. Ce sont les ressources des douze derniers mois qui seront pris en compte lors de votre demande. Le calcule sera effectué en fonction de vos ressources, de votre lieu de résidence et de la composition de votre foyer.

Si vous réunissez ces trois conditions, nous vous invitons à faire une simulation de C2S sur le site de AMELI.

Ensuite, si votre simulation se révèle positive, nous vous invitons à faire une demande d’aide depuis votre compte AMELI via la rubrique « Mes démarches ». Pour réaliser cette demande, vous devez vous connecter à votre compte AMELI ou créer un compte.

Ce qu’il faut retenir

Il faut retenir que vous avez certainement le droit à certaines de ces aides financières pour apprentis. Elles contribueront en partie à votre insertion professionnelle et à votre évolution personnelle et professionnelle de façon sereine.
On espère que cet article vous aura un petit peu éclairé sur les options qui s’offrent à vous.

En tant qu’alternant en E-commerce, l’aide pour la transformation numérique pourrait intéresser votre employeur, n’hésitez pas à consulter l’article de Mathieu Klopp.

N’hésitez pas à consulter les autres articles du blog de la licence !

Zoom sur l’évolution du E-commerce en France

Plus de 103.4 milliards d’euros : c’est le chiffre d’affaires réalisé par le E-commerce en France en 2019 d’après la FEVAD (Fédération e-commerce et vente à distance). Depuis 2015, le secteur est en constante expansion, aujourd’hui plus de 8 Français sur 10 achètent des produits/services via un site en ligne ; tous supports confondus (ordinateur, smartphone, tablette…). Pour mieux comprendre ce qu’est l’e-commerce et comment est-il devenu ce qu’il est aujourd’hui, il faut remonter à ses origines, plus de 20 ans en arrière.

Tout d’abord, qu’est-ce que le e-commerce ?

Le e-commerce est autrement appelé commerce électronique ; il est défini par des transactions commerciales réalisées à distance à l’aide d’interfaces électroniques. Contrairement au commerce traditionnel qui quant à lui est caractérisé par d’anciennes méthodes (marché, brocante…).

Le début du E-commerce en France

Le concept du e-commerce ne date pas d’aujourd’hui ! Il a fait son apparition lors des premières transactions faites par des moyens électroniques. Le e-commerce en France est né au cours des années 80. Il a commencé à vraiment se démocratiser lors des années 90 avec l’apparition des premiers ordinateurs (Minitel) dans les foyers français.

Le début des solutions e-commerce en France est caractérisé par le téléphone rose, le 3615 ou encore les ventes de la Redoute. C’est avec l’arrivée du haut débit au début des années 2000 que débute l’ascension du commerce par Internet.

Le e-commerce : une évolution fulgurante

L’expansion du e-commerce en France est liée à plusieurs facteurs, sans eux, ils n’auraient surement pas connu le même succès. Le progrès technique et l’informatique ont offert un boost considérable au développement du E-commerce en rendant à la fois les ordinateurs plus puissants, plus rapides et plus abordables. En 1999, près de 25% de la population française possède un « micro-ordinateur » et 7% des ménages ont accès à Internet (Insee).

Image statistique Fevad

La croissance des années 2000

Après la crainte du bug de l’an 2000 qui a vu disparaître énormément de sites, les échanges électroniques s’intensifient et de nombreux nouveaux sites voient le jour en France et dans le monde entier. À partir de ce moment, les statistiques du e-commerce vont commencer à exploser. Le nombre d’utilisateurs se décuple de façon exponentielle et son chiffre d’affaires ne cesse de croître. Tout cela est rendu possible grâce au progrès technique réalisé au cours de ces dernières années. 

Le 8 juin 2000, le Parlement européen et le Conseil ont adopté une directive européenne sur le commerce électronique (Directive 2000/31/CE ). Cette directive a été mise en vigueur en France par le biais de la loi pour la confiance dans l’économie numérique de 2004. Cette phase marque l’avènement de l’explosion du e-commerce en France

L’ascension des chiffres

Entre 2000 et 2010, en France le chiffre d’affaires du e-commerce s’est vu passer de 0.7 milliard d’euros à 31 milliards (soit un taux d’évolution de plus de 4000%) selon les sources de la FEVAD.
Plusieurs facteurs ont impacté cette évolution et ont fait exploser les ventes sur Internet, notamment la popularisation des ordinateurs au cœur des foyers français, en 2004, 44.7 % des Français possédaient un ordinateur contre 69.7% en 2010 (selon l’Insee). De plus, les connexions des ménages à l’Internet s’intensifient passant de 12 % en 2000 à 64 % en 2010 (selon l’Insee).

 

Image E-commerce stratégie

Le futur du E-commerce

Après 30 ans d’existence, où en est l’e-commerce français actuellement ? Est-il toujours en pleine croissance, ou est-il en déclin ? Quelles sont les menaces et opportunités qui attendent ce marché d’avenir

Au cours des années à venir, l’e-commerce va connaître de nombreuses modifications, en grande partie liées aux évolutions du web (avec l’apparition du web sémantique) mais pas uniquement…

Les attentes des consommateurs vont-elles aussi avoir un impact direct sur ces modifications ! L’évolution des achats en ligne (crypto-monnaie), le développement des intelligences artificielles et l’évolution des modes de livraison.

Le e-commerce aujourd’hui

Aujourd’hui l’e-commerce en France c’est plus de 200 000 sites marchands actifs qui génèrent environ 200 000 emplois directs (selon la FEVAD), c’est un moyen rapide et efficace d’accroître son business en augmentant sa visibilité et par conséquent sa compétitivité. 

Les marketplaces comme Amazon, la Fnac ou encore Cdiscount sont de plus en plus omniprésents dans la tête des consommateurs. En France, près d’un Français sur cinq achète sur Amazon soit plus de 22% de la population française, ces chiffres montrent l’importance qu’a acquise la vente en ligne ces dernières années.

Les tendances de consommation changent et elles ont un impact immédiat sur l’e-commerce français. On retrouve en top 3 des produits et services achetés sur Internet au cours des 12 derniers mois : la mode & l’habillement (51%), les produits culturels (41%) et les jeux et jouets (38%).


Les e-commerçants cherchent à se renouveler, à toujours améliorer leurs objectifs (taux de conversion, taux de clic, montant du panier moyen). Pour cela, se démarquer de la concurrence est un de leurs objectifs phares. Suite à ça, de nouvelles méthodes ont vu le jour :

 

  • L’affiliation : a pour objectif de rediriger les clients vers un commerçant en moyennant une commission.

 

  • Les formations en ligne : produits immatériels livrés dans la boîte mail du client, téléchargeable ou directement consultable sur le site marchand après paiement en ligne.

 

  • Le Dropshipping : l’e-commerçant développe son site vitrine, il n’a aucun stock à gérer, cela se fait directement du fournisseur au client.

L’e-commerce se transforme tout comme le comportement des consommateurs, les technologies (module prestashop, wordpress) ou encore le monde. Chaque évolution, chaque changement est prédéfini par des phases, en 2019 le marché du e-commerce à franchir le cap historique dès 100 milliards d’euros. Actuellement, nous sommes en pleine crise sanitaire, de nombreux secteurs d’activité sont impactés, mais pas le e-commerce qui lui a connu un véritable essor au cours de cette année 2020.