Les 5 aides financières pour apprentis

Si vous êtes à la recherche d’aides financières pour apprentis vous êtes au bon endroit ! Qui dit étudiant, dit bien souvent fauché… Malheureusement, vous êtes de manière générale en difficulté financière et très mal informés des aides financières auxquelles vous êtes éligible.

Vous souhaitez bénéficier d’une aide ? Ici, on va vous expliquer en détail toutes les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre avec le statut d’apprenti. On vous propose des aides personnalisées en fonction de votre situation.

Et bonne nouvelle… Beaucoup d’aides sont cumulables !

Toutes les aides financières pour apprentis

Si vous lisez cet article, c’est que vous avez choisi une formation en apprentissage. En tant qu’apprenti, vous bénéficiez d’un petit salaire (la rémunération des apprentis varie selon votre âge, et votre année de formation). Mais ce salaire ne vous permet pas forcément de subvenir à tous vos besoins quotidiens (loyer, courses, frais de déplacement, etc.) …

De nos jours, il existe de nombreuses aides financières pour apprentis, dont vous ne connaissez pas forcément l’existence… Elles sont en général réservées à vous, jeunes apprentis de moins de 25 ans (ou parfois même ,sans limite d’âge comme pour la prime d’activité ou les APL par exemple). Vous pouvez vous réjouir car nous allons vous proposer 5 aides auxquelles vous serez sûrement éligible !

(Vous devez savoir que votre salaire brut et votre salaire net est identique lorsque l’on est apprenti car avec ce statut, les patrons sont exonérés de charges sociales)

 

Les aides financières pour apprentis

Les aides financières pour apprentis ou pour étudiants (étant en activité professionnelle) que nous allons vous présenter ici sont la prime d’activité et l’aide au permis de conduire.

La prime d’activité

La prime d’activité est une aide qui sera perçue par les travailleurs à faibles ressources. Le montant de l’aide peut varier en fonction de votre rémunération et elle est accordée sous plusieurs conditions :

  • Votre situation : vous devez être majeur (avoir 18 ans révolus), être français ou citoyen de l’espace économique européen, et résider en France. De plus, vous devez travailler (apprentis et/ou étudiants) ou être indemnisé au titre du chômage partiel ou technique.
  • Vos revenus : vous devez toucher au moins 78% du Smic net, 950,82€ mensuels. Concernant vos versements mensuels ce sera la CAF ou la Mutualité sociale agricole (MSA) qui s’en chargera.

Si vous réunissez ces trois conditions, nous vous invitons à faire une simulation de Prime d’activité sur le site de la CAF.

Ensuite, si votre simulation se révèle positive, nous vous invitons à faire une demande de Prime d’activité.

Enfin, n’oubliez pas de déclarer vos ressources tous les trois mois.

L’aide au permis de conduire

L’aide au permis de conduire consiste à vous proposer (apprentis majeurs -> avoir 18 ans révolus), lorsque vous entrez en formation (comme la licence professionnelle E-commerce et marketing numérique) la somme de 500€ afin de participer au financement de votre permis de conduire. Cette somme peut également vous être versée si vous avez passé votre permis de conduire il y a moins d’un an.

Si cette aide financière vous intéresse, nous vous conseillons de vous rapprocher du responsable pédagogique de votre formation.

Les aides financières pour apprentis relatives au logement

Les aides financières pour apprentis et étudiants émancipés (avoir quitté le domicile familial) relatives au logement que nous allons vous présenter sont l’aide Mobili-jeune et l’Aide Personnalisée au Logement (APL).

L’aide mobili-jeune

L’aide MOBILI-JEUNE est une subvention qui prend en charge une partie de votre loyer (le montant de cette aide varie entre 10€ et 100€) tous les mois et pour une année scolaire (renouvelable à chaque rentrée scolaire). Pour bénéficier de cette aide, il y a plusieurs conditions à rassembler :

  • Votre situation :  vous devez être en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, dans une entreprise du secteur privé non agricole et avoir moins de 30 ans.
  • Vos ressources : vous devez percevoir un salaire inférieur ou égal à 100% du SMIC.
  • Votre logement : vous devez être locataire ou colocataire d’un logement loué vide ou meublé (appartement individuel, foyer, résidence sociale, chambre en internat, etc.). Votre logement doit se trouver à près de votre lieu de formation et/ou de votre entreprise.

Si vous souhaitez bénéficier de cette aide financière pour apprentis, nous vous conseillons de faire une simulation d’aide Mobili-jeune.

Votre simulation s’est avérée positive ? Vous devrez déposer votre demande avant le début de votre cycle de formation ou dans les 6 mois qui suivent le début de votre formation sur le site d’Action Logement.

Les APL

L’APL ou aide personnalisée au logement est une aide financière visant à contribuer au paiement de votre voyer dans le but de réduire le montant de votre loyer. Pour que cette aide vous soit versée, vous devrez remplir certains critères relatifs à votre situation.

  • Votre logement : l’aide ne peut vous être versée que pour votre résidence principale située en France. Vous devez être locataire ou sous-locataire (déclaré auprès du propriétaire) d’un logement (location, colocation, foyer, héberger chez un accueillant, etc.). Votre logement doit être conventionné.
  • Votre situation : vous devez être Français ou posséder un titre de séjour valide si vous êtes étranger. Vous ne devez avoir moins de trente ans, en revanche aucune condition d’âge minimum n’est requise, un mineur peut donc bénéficier de cette aide (bail signé ou co-signé par les parents ou le responsable légal).
  • Vos ressources : le calcul de cette aide se fait en fonction de la composition et de la totalité des ressources perçues dans votre foyer. L’actualisation de vos ressources trimestrielles se fera automatiquement.

Si vous réunissez ces trois conditions, nous vous invitons à faire une simulation d’APL sur le site de la CAF.

Ensuite, si votre simulation se révèle positive, nous vous invitons à faire une demande d’APL.

L’aide financière à la santé 

Les aides financières relatives à la santé concernent les personnes ne disposant pas des moyens nécessaires pour souscrire à contrat de complémentaire santé. Ici, nous allons vous présenter la C2S.

La C2S

La Complémentaire Santé Solidaire est une couverture santé qui permettra une prise en charge gratuite de la part complémentaire des dépenses liées à votre santé. La C2S, est affiliée à la Sécurité sociale. Vous pourrez bénéficier d’une prise en charge à 100 % de la quasi-totalité de vos soins.

Cette couverture vous sera délivrée selon certaines conditions :

  • Votre situation : pour pouvoir bénéficier de la C2S vous devez impérativement être Français ou détenir un titre de séjour valide. De plus, vous devez résider en France depuis au moins trois mois.
  • Vos ressources : seules les personnes à faibles revenus peuvent prétendre à la C2S. Ce sont les ressources des douze derniers mois qui seront pris en compte lors de votre demande. Le calcule sera effectué en fonction de vos ressources, de votre lieu de résidence et de la composition de votre foyer.

Si vous réunissez ces trois conditions, nous vous invitons à faire une simulation de C2S sur le site de AMELI.

Ensuite, si votre simulation se révèle positive, nous vous invitons à faire une demande d’aide depuis votre compte AMELI via la rubrique « Mes démarches ». Pour réaliser cette demande, vous devez vous connecter à votre compte AMELI ou créer un compte.

Ce qu’il faut retenir

Il faut retenir que vous avez certainement le droit à certaines de ces aides financières pour apprentis. Elles contribueront en partie à votre insertion professionnelle et à votre évolution personnelle et professionnelle de façon sereine.
On espère que cet article vous aura un petit peu éclairé sur les options qui s’offrent à vous.

En tant qu’alternant en E-commerce, l’aide pour la transformation numérique pourrait intéresser votre employeur, n’hésitez pas à consulter l’article de Mathieu Klopp.

N’hésitez pas à consulter les autres articles du blog de la licence !

Zoom sur l’évolution du E-commerce en France

Plus de 103.4 milliards d’euros : c’est le chiffre d’affaires réalisé par le E-commerce en France en 2019 d’après la FEVAD (Fédération e-commerce et vente à distance). Depuis 2015, le secteur est en constante expansion, aujourd’hui plus de 8 Français sur 10 achètent des produits/services via un site en ligne ; tous supports confondus (ordinateur, smartphone, tablette…). Pour mieux comprendre ce qu’est l’e-commerce et comment est-il devenu ce qu’il est aujourd’hui, il faut remonter à ses origines, plus de 20 ans en arrière.

Tout d’abord, qu’est-ce que le e-commerce ?

Le e-commerce est autrement appelé commerce électronique ; il est défini par des transactions commerciales réalisées à distance à l’aide d’interfaces électroniques. Contrairement au commerce traditionnel qui quant à lui est caractérisé par d’anciennes méthodes (marché, brocante…).

Le début du E-commerce en France

Le concept du e-commerce ne date pas d’aujourd’hui ! Il a fait son apparition lors des premières transactions faites par des moyens électroniques. Le e-commerce en France est né au cours des années 80. Il a commencé à vraiment se démocratiser lors des années 90 avec l’apparition des premiers ordinateurs (Minitel) dans les foyers français.

Le début des solutions e-commerce en France est caractérisé par le téléphone rose, le 3615 ou encore les ventes de la Redoute. C’est avec l’arrivée du haut débit au début des années 2000 que débute l’ascension du commerce par Internet.

Le e-commerce : une évolution fulgurante

L’expansion du e-commerce en France est liée à plusieurs facteurs, sans eux, ils n’auraient surement pas connu le même succès. Le progrès technique et l’informatique ont offert un boost considérable au développement du E-commerce en rendant à la fois les ordinateurs plus puissants, plus rapides et plus abordables. En 1999, près de 25% de la population française possède un « micro-ordinateur » et 7% des ménages ont accès à Internet (Insee).

Image statistique Fevad

La croissance des années 2000

Après la crainte du bug de l’an 2000 qui a vu disparaître énormément de sites, les échanges électroniques s’intensifient et de nombreux nouveaux sites voient le jour en France et dans le monde entier. À partir de ce moment, les statistiques du e-commerce vont commencer à exploser. Le nombre d’utilisateurs se décuple de façon exponentielle et son chiffre d’affaires ne cesse de croître. Tout cela est rendu possible grâce au progrès technique réalisé au cours de ces dernières années. 

Le 8 juin 2000, le Parlement européen et le Conseil ont adopté une directive européenne sur le commerce électronique (Directive 2000/31/CE ). Cette directive a été mise en vigueur en France par le biais de la loi pour la confiance dans l’économie numérique de 2004. Cette phase marque l’avènement de l’explosion du e-commerce en France

L’ascension des chiffres

Entre 2000 et 2010, en France le chiffre d’affaires du e-commerce s’est vu passer de 0.7 milliard d’euros à 31 milliards (soit un taux d’évolution de plus de 4000%) selon les sources de la FEVAD.
Plusieurs facteurs ont impacté cette évolution et ont fait exploser les ventes sur Internet, notamment la popularisation des ordinateurs au cœur des foyers français, en 2004, 44.7 % des Français possédaient un ordinateur contre 69.7% en 2010 (selon l’Insee). De plus, les connexions des ménages à l’Internet s’intensifient passant de 12 % en 2000 à 64 % en 2010 (selon l’Insee).

 

Image E-commerce stratégie

Le futur du E-commerce

Après 30 ans d’existence, où en est l’e-commerce français actuellement ? Est-il toujours en pleine croissance, ou est-il en déclin ? Quelles sont les menaces et opportunités qui attendent ce marché d’avenir

Au cours des années à venir, l’e-commerce va connaître de nombreuses modifications, en grande partie liées aux évolutions du web (avec l’apparition du web sémantique) mais pas uniquement…

Les attentes des consommateurs vont-elles aussi avoir un impact direct sur ces modifications ! L’évolution des achats en ligne (crypto-monnaie), le développement des intelligences artificielles et l’évolution des modes de livraison.

Le e-commerce aujourd’hui

Aujourd’hui l’e-commerce en France c’est plus de 200 000 sites marchands actifs qui génèrent environ 200 000 emplois directs (selon la FEVAD), c’est un moyen rapide et efficace d’accroître son business en augmentant sa visibilité et par conséquent sa compétitivité. 

Les marketplaces comme Amazon, la Fnac ou encore Cdiscount sont de plus en plus omniprésents dans la tête des consommateurs. En France, près d’un Français sur cinq achète sur Amazon soit plus de 22% de la population française, ces chiffres montrent l’importance qu’a acquise la vente en ligne ces dernières années.

Les tendances de consommation changent et elles ont un impact immédiat sur l’e-commerce français. On retrouve en top 3 des produits et services achetés sur Internet au cours des 12 derniers mois : la mode & l’habillement (51%), les produits culturels (41%) et les jeux et jouets (38%).


Les e-commerçants cherchent à se renouveler, à toujours améliorer leurs objectifs (taux de conversion, taux de clic, montant du panier moyen). Pour cela, se démarquer de la concurrence est un de leurs objectifs phares. Suite à ça, de nouvelles méthodes ont vu le jour :

 

  • L’affiliation : a pour objectif de rediriger les clients vers un commerçant en moyennant une commission.

 

  • Les formations en ligne : produits immatériels livrés dans la boîte mail du client, téléchargeable ou directement consultable sur le site marchand après paiement en ligne.

 

  • Le Dropshipping : l’e-commerçant développe son site vitrine, il n’a aucun stock à gérer, cela se fait directement du fournisseur au client.

L’e-commerce se transforme tout comme le comportement des consommateurs, les technologies (module prestashop, wordpress) ou encore le monde. Chaque évolution, chaque changement est prédéfini par des phases, en 2019 le marché du e-commerce à franchir le cap historique dès 100 milliards d’euros. Actuellement, nous sommes en pleine crise sanitaire, de nombreux secteurs d’activité sont impactés, mais pas le e-commerce qui lui a connu un véritable essor au cours de cette année 2020.

 

 

Comment rédiger une lettre de motivation ?

Une lettre de motivation est un passage obligatoire pour candidater à une formation, un job d’été ou encore un CDI. Pour retenir l’attention des recruteurs il faut être efficace, mais il  y certaines règles à respecter. Il n’est pas toujours facile de se démarquer par un CV et une lettre de motivation envoyés par e-mail, alors on vous donne toutes les chances de décrocher un entretien.

Dans cet article, les étudiants de la licence e-commerce et marketing numérique vous donnent des conseils pour réussir votre lettre de motivation.

Ne pas rédiger une lettre de motivation trop longue

Rédiger des lignes et des lignes ne vous donnera pas plus de chance de convaincre un recruteur. Pensez que ces personnes la reçoivent des dizaines de lettres de motivation chaque jour, alors soyez concis sans pour autant la bâcler. Idéalement, la lettre fait une page et doit pouvoir être lu en moins de 2 minutes.

Adapter la lettre de motivation au poste que vous visez

Rédiger une lettre de motivation pour chaque candidature prend du temps, mais c’est le plus important. Le contenu doit être adapté à chaque offre. Ne vous contentez pas de changer le nom du destinataire et l’intitulé du poste.

Soigner la rédaction de la lettre de motivation

Ce n’est pas une surprise : vous allez devoir faire attention à l’orthographe, au style et au niveau du langage que vous utilisez. Une toute petite faute d’inattention peut vous valoir un refus. Soyez concis, ne faites pas des phrases à rallonges. Le message doit être compréhensible.

Ne pas répéter ce qu’il y a dans votre CV

La lettre de motivation doit être un complément de votre CV. Ne faites pas l’erreur de détailler votre parcours scolaire et/ou professionnelle. Il faut les convaincre que votre profil est cohérent avec le poste souhaité.

3 points indispensables dans une lettre de motivation

  • L’entreprise, son activité, le poste à pourvoir
  • Vos qualités, vos expériences
  • Les bénéfices que vous pouvez apporter à l’entreprise

Inclure des mots clés

Comme on vous l’a indiqué précédemment, les recruteurs reçoivent beaucoup de lettres de motivation chaque jour. Elles sont donc souvent lues en diagonale: pensez à ajouter des mots clés spécifiques sur le secteur de l’entreprise et les compétences attendues par cette dernière.

Vous avez maintenant toutes les clés en mains pour rédiger une bonne lettre de motivation.
Vous pourrez également être intéressés par nos conseils pour réussir votre CV.

Pour suivre toute l’actualité de la licence e-commerce et marketing numérique de Bordeaux, n’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

 

 

L’impact des social media sur un e-commerce

Depuis quelques années maintenant, les social media sont devenus un incontournable levier marketing permettant à n’importe quelle entreprise les utilisant, d’accroître sa visibilité. Le e-commerce quant à lui ne cesse de se développer, et de ce fait, la concurrence devient rude. C’est pour ça que leur succès ne se repose plus seulement sur la qualité de leurs produits vendus, mais aussi sur la notoriété des boutiques en ligne.

Plusieurs études ont démontré qu’en 2017, 83 % des e-commerçants passait par les médias sociaux pour augmenter le trafic et ainsi, se démarquer de la concurrence.

Mais quelle est la réelle importance des réseaux sociaux en e-commerce ?

Mesurer l’impact des social media sur la boutique en ligne

Si on ne sait pas réellement le nombre de ventes effectuées grâce à un réseau social, cependant, les différentes plateformes possèdent des fonctions de statistiques qui permettront au e-commerçants d’en savoir plus sur :

  • Son audience (l’âge, le sexe et la démographie de ses visiteurs)
  • Son taux d’engagement (le nombre de personnes atteintes par la publication, les réactions, les partages, le nombre d’abonnés et de clics sur les liens)
  • Ses publications les plus performantes
  • Les moments où sa communauté est la plus active pour poster des publications qui seront plus vues

De plus, grâce à des outils annexes comme Google Analytics par exemple, il pourra vérifier si les actions de son audience sur les réseaux sociaux ont un impact sur les ventes.

Quel réseau social pour quels enjeux ?

Avant de se lancer dans les réseaux sociaux pour promouvoir son business, il est important de connaître ces plateformes et leurs différentes particularités, car le message que vous souhaitez véhiculer n’aura pas le même impact selon ces derniers.

Instagram

Ce social média permet de communiquer à travers des visuels. Il est intéressant grâce à ses multiples fonctions qui permettent de se rapprocher de sa communauté (stories, instagram TV, live…). De plus, la toute dernière nouveauté Instagram Shopping mets en avant les boutiques en ligne.

Facebook

De loin le réseau social le plus utilisé dans le monde (2,2 milliards d’utilisateurs en 2017). La tranche d’âge en majorité sur Facebook sont les utilisateurs dans la trentaine, ce qui permet de toucher un grand nombre de personnes. Cet outil est l’idéal pour développer son image de marque, diffuser des promotions et organiser des actions publicitaires.

Twitter

Twitter est une plateforme assez différente car l’impact du message que l’on souhaite faire passer doit se tenir en 280 caractères. Il permet d’augmenter la visibilité d’une boutique en ligne, mais le plus important sur Twitter, c’est que les autres utilisateurs parlent de vous.

Youtube

Un média très apprécié et utilisé des internautes, mais qui demandent beaucoup d’investissement. Youtube sert à publier des vidéos qui permettent de mettre en valeur des produits, faire des tutoriels, des vidéos « avis » ou des publicités.

Pinterest

La majorité des utilisateurs de Pinterest sont à 60 % des femmes. Bien qu’il reste un des réseaux sociaux les moins utilisés, il est cependant très prometteur puisqu’une photo redirige directement à la boutique en ligne lorque l’internaute clic dessus. Si vous êtes dans le domaine de la cuisine, de la mode, de la déco ou du design il serait quasiment impossible passer à côté de Pinterest.

Tiktok

Petit dernier de la bande, Tiktok est pourtant un réseau qui ne cesse de s’imposer et prendre une place importante dans la jungle des réseaux sociaux. Nous vous invitons à consulter l’article « Les enjeux de Tiktok » sur le blog de Web Théorie pour bien comprendre l’impact que peut avoir ce social media.

LinkedIn

Réseau de BtoB, il peut être intéressant si vos clients sont des professionnels. Il permet de mettre en avant votre expertise dans un domaine.

Quelques chiffres …

  • D’après une étude, en 2020, 31 % des Français ont déjà acheté un produit via un réseau social
  • Le montant moyen des dépenses pour l’achat d’un produit via les réseaux sociaux se situe entre 30€ et 50€
  • La valeur moyenne des commandes sur Instagram est de 65$ contre 55$ sur Facebook
  • Les 18-34 ans font partis des acheteurs les plus importants sur les réseaux sociaux
  • 86 % des Français sont méfiants à l’égard des publicités, placements de produits sur les social médias.

 

N’hésitez pas à consulter nos différents articles !