CV : 10 astuces pour l’améliorer

D’après plusieurs études menées, en moyenne, un recruteur passe 6 secondes à savoir s’il continue de lire le CV qu’il a entre les mains ou s’il passe au suivant. Autant dire que la clé du curriculum vitae parfait sera donc son authenticité. Il doit vous caractériser le plus possible puisqu’il permettra à l’employeur de se faire sa première impression sur vous et votre aptitude à intégrer son entreprise. (d’ailleurs cela est valable aussi pour votre admission dans une école ou formation.)

Mais créer le CV idéal n’est pas aussi compliqué que vous pourriez le croire. En effet, une personnalisation, une jolie mise en page, une bonne structuration ou simplement des couleurs adéquates, peuvent faire la différence pour obtenir un entretien.

C’est pourquoi, aujourd’hui, nous vous présentons 10 astuces pour améliorer son CV.

1) Créez un CV qui vous est propre

Sur Internet vous pouvez trouver un million de CV déjà tout construits et détaillés. Pour la mise en forme, rien ne vous empêche de vous en inspirer, mais en ce qui concerne le fond, ce serait une très grosse erreur de reproduire ces derniers à l’identique. Adaptez votre contenu selon vos expériences et mettez en avant vos compétences. Rien ne sert de mentir car dans tous les cas le recruteur vérifiera ce que vous avancez.

2) Utilisez les bons outils

Si vous n’êtes pas un grand adepte de l’outil informatique et que vous aimez la simplicité, utilisez des outils simples pour réaliser votre CV, comme Microsoft Publisher par exemple, ou encore des sites Internet comme CV designr, qui vous permettront de réaliser un CV assez simple, mais tout de même agréable pour l’employeur.

Au contraire, si vous êtes avide d’originalité (mais attention à ne pas en faire trop) et que vous avez la maîtrise des outils de création, Canva sera votre meilleur ami ! Et si vous voulez pousser encore plus loin, il est tout à fait possible de réaliser le curriculum vitae de vos rêves sur Adobe Photoshop ou Illustrator, mais attention car, contrairement à Canva, ce sont des outils payants. (d’ailleurs l’utilisation de ces outils sont des compétences à mettre en avant !)

3) Choisir la bonne police et les bonnes couleurs

Premièrement, ÉVITEZ LES POLICES DITES « FUN » (Comic sans MS) qui vous feront perdre toute crédibilité. Privilégiez des polices plus originales que Calibri et modernes comme Poppins ou Helvetica. Ou si vous le souhaitez, utilisez la même police que l’entreprise en vous aidant de l’outil What the Font, le recruteur appréciera sûrement ce petit clin d’oeil.

Utilisez 2 polices maximum pour pas que votre CV soit trop chargé et faites en sorte que le texte ne soit pas trop petit, ni trop grand (10pts à 12pts). En revanche faites ressortir les titres en les mettant plus gros que le corps sans exagérer (14pts). Mettez en gras les éléments sur lesquels vous souhaitez insister, mais attention a ne pas les choisir au hasard, car ils attireront l’oeil du recruteur en premier !

Concernant les couleurs, choisissez 2 à 3 couleurs maximum. Faites en sorte qu’elles soient lisibles et qu’elles soient liées entre elles, afin de donner un aspect visuel homogène à votre CV. Si vous souhaitez utiliser les mêmes couleurs de l’entreprise, aidez-vous de Adobe Color qui vous permettra de créer une palette de couleur à partir d’un document importé.

entretien embauche

4) Attention aux fautes d’orthographe !

On ne le répétera jamais assez, mais faites lire et relire votre CV par plusieurs personnes de votre entourage avant de l’envoyer. En effet, avec le temps passé sur le document, il est possible (et humain) qu’une petite faute vous échappe. Mais la moindre faute d’orthographe peut être rédhibitoire pour la majorité des recruteurs.

5) Structurez bien votre CV

Plusieurs études ont démontré que la partie supérieure du CV est la plus attractive pour un employeur. De ce fait, mettez d’abord en avant vos expériences en commençant par la plus récente et faites de même pour vos formations.

Soyez stratégiques, si vous êtes jeunes et que vous avez peu d’expériences professionnelles, commencez par la rubrique « formations ». Au contraire, si vous avez des expériences professionnelles très intéressantes pour le poste demandé, mettez celles-ci en haut de votre CV.

Évitez d’avoir un document trop long à envoyer au recruteur, faites un choix dans vos expériences professionnelles si elles sont nombreuses et laissez-y les plus pertinentes qui correspondent au poste auquel vous postulez.

6) Valorisez vos compétences

On néglige souvent cette partie qui, pourtant, est très importante, car elle permet de mettre en valeur vos qualités humaines et relationnelles. Souvent placées sur le côté afin de ne pas gêner la lecture, listez vos compétences professionnelles ainsi que vos compétences personnelles (résistance au stress, créativité, empathie, etc…). La liste doit tout de même aller à l’essentiel et être courte. Alors, adaptez vos compétences au poste recherché en vous aidant de l’offre d’emploi, et en utilisant des termes précis et adaptés.

Cependant, ne vous attribuez pas de fausses compétences !

7) La section loisirs ?

Quoiqu’on puisse en penser, la section « loisirs » ou « intérêts » peut s’avérer très intéressante pour le recruteur. Tout d’abord, elle permet au recruteur d’en savoir plus sur votre personnalité. Aussi, elle pourrait appuyer ou prouver certaines de vos compétences.

Toutefois, veillez à choisir certains de vos loisirs qui sont pertinents avec le poste demandé et essayez de rapidement développer ces derniers.

cv

8) On utilise des mots-clés

Certains recruteurs reçoivent tellement de CV qu’ils utilisent un logiciel permettant de mettre en avant des mots-clés en lien avec l’offre d’emploi diffusée pour le poste. C’est pourquoi, il est très important d’utiliser des termes précis voire techniques pour valoriser vos expériences et vos compétences.

De plus, n’oubliez surtout pas les informations personnelles (nom, prénom, adresse postale, téléphone, adresse mail, poste recherché) qui sont très importantes pour l’employeur.

9) La photo, c’est obligatoire ?

Bien évidemment, mettre une photo sur son CV n’est pas obligatoire, car on ne recrute pas une personne pour son physique. D’ailleurs certains employeurs préfèrent lorsqu’il n’y en a pas. En revanche, elle peut permettre d’humaniser la candidature et d’en dire un peu plus sur le candidat. Si vous décidez d’insérer une photo sur votre CV, cette dernière ne doit ni être trop formelle, ni trop décontractée ! 

10) Attention au format

Votre CV enfin terminé, est prêt à être envoyé ! Mais vous l’aurez compris tout compte dans un CV, dont son format et son nom de document.

Ainsi, enregistrez le TOUJOURS en format PDF, et nommez-le de sorte à ce qu’il soit facilement repérable. Par exemple : « CV – NOM Prénom – nom du poste ou numéro de l’offre d’emploi ». Pour aller encore plus loin, sachez que posséder un curriculum vitae en ligne, est un atout apprécié des recruteurs.

 

Et bien voilà ! La rédaction d’un CV n’a maintenant plus de secrets pour vous, alors, à vous de jouer !

N’hésitez pas à nous rejoindre sur Facebook !

Retrouvez l’intégralité de nos articles ici

Top 5 des nouveaux métiers du web

Les nouveaux métiers du web

 

Face à l’essor du e-commerce depuis plus de 10 ans, de nouveaux métiers liés au web ne cessent d’apparaître. Allant du community management à l’analyse de la donnée, l’univers du web a su se développer même à travers la crise sanitaire que nous traversons.

Une présentation des 5 nouveaux métiers présents en ligne vous aidera vis à vis de votre orientation.

 

1) Le métier de Community Management

Ce nouveaux métier consiste à s’occuper de la visibilité d’une marque ou d’une entreprise en ligne et notamment via les réseaux sociaux. Le but est de communiquer avec les internautes et de générer des interactions, des avis, des partages. Le community manager rédige du contenu via différents supports. Son rôle est aussi de vérifier que l’image de la marque est positive et doit agir en modérateur.

2) Le chef de projet digital

Il définit toutes les stratégies autour de la communication d’une marque ou d’une entreprise. De la ligne éditoriale à la politique de communication du site ce nouveau métier demande un sens développé de la gestion. Il doit proposer des solutions afin d’optimiser en permanence son projet. Il communique avec son équipe au quotidien, il est l’expert.

 

3) Un des nouveaux métiers du web : l’UX Designer

Vous devez être méticuleux et avoir de l’imagination pour accéder à un nouveau métier du web comme celui-là. La proposition de mock-up afin d’élaborer un projet ensuite est le coeur du métier d’UX designer. De nombreux outils en ligne sont utilisés tels que le Pack Adobe qui vous permettra de faire vivre vos projets.

 

nouveaux métiers du web

 

4) SMO/SEO/SEA manager

Cette catégorie permet de décrire les différents types de métiers qui collaborent à l’augmentation de la notoriété et du chiffre d’affaires d’un nom de domaine. Le but est de booster de référencement pour que les utilisateurs choisissent de faire leurs achats sur un site plutôt qu’un autre. Ce sont des nouveaux métiers du web.

La différence entre le SMO, le SEO et le SEA :

  • SMO : Chargé d’élaborer un plan de référencement via les liens promotionnels ou sponsorisés.
  • SEA : S’occupe du référencement payant et des campagnes promotionnelles.
  • SE0: A pour mission de gérer le référencement naturel via des outils pertinents.

 

5) Le développeur Web

Un métier atypique dans le domaine du web puisqu’il concerne la conception. Il est en charge de créer et d’améliorer les pages d’un site web (langage de programmation HTML/CSS, Phyton, Javascript). Une page se découpe souvent en trois partie le header, le body et le footer. L’aspect technique du métier fait qu’il est nécessaire d’apprendre d’autres langages afin de pouvoir pratiquer.

 

Voila le top 5 des nouveaux métiers du web, vous trouverez des articles plus détaillés sur le site de web théorie !

Pensez à consulter nos dernières actualités

Bien travailler à distance : 6 astuces

On le sait, depuis quelque temps (et surtout à cause d’un virus dont on ne mentionnera pas le nom), le télé-travail prend une place de plus en plus importante dans nos vies que ce soit pour les salariés d’entreprises, mais aussi pour nous, étudiants. Cela peut-être assez déroutant, car il s’agit d’une nouvelle manière de travailler à laquelle nous avions rarement été confrontés auparavant. C’est pourquoi, il est difficile pour nous de savoir comment s’organiser pour bien travailler à distance.

Mais nous avons trouvé la solution pour y remédier ! Fini de travailler du fond de son lit, voici 6 astuces simples à appliquer qui vont faire de vous des pros du travail à distance !

1 – Avoir de bons outils

En premier lieu, il est nécessaire d’avoir un bon ordinateur ou une tablette qui ne vous rendra pas la vie dure. Si vous n’en possédez pas, contactez votre école, car il est possible que cette dernière puisse vous en prêter. De plus, téléchargez ou inscrivez-vous sur ZOOM pour suivre vos cours à distance.

2 – Préparez-vous comme pour aller à l’école

Bien que cela soit tentant de participer aux cours à distance en pyjama avec son petit-déjeuner, il est important de garder les rituels que vous aviez lorsque vous vous rendiez à l’école. Alors oubliez votre tenue de nuit, prenez une petite douche, un bon petit-déjeuner et habillez-vous avant le début des cours ! En effet, il faut garder à l’esprit que vous êtes là pour étudier et réussir.

3 – S’aménager un espace de travail

Sûrement l’astuce la plus importante. Suivre les cours depuis son lit, c’est une très mauvaise idée (même si je le sais, on a tous été tentés) ! Premièrement, travaillez dans une pièce calme, aérée et lumineuse. Évitez de tourner votre bureau face au mur, cela pourrait couper votre créativité. Asseyez-vous sur une chaise confortable, devant un bureau à votre hauteur pour éviter le mal de dos. Ayez à portée de main toutes les fournitures qui vous seront utiles. Puis, nettoyez et rangez votre espace de travail assez fréquemment afin de le garder propre, c’est la clé pour bien travailler à distance !

espace travail

4 – Éloignez-vous des distractions

Avant tout, si vous ne vivez pas seul, prévenez votre entourage que vous travaillez et que vous ne voulez pas être dérangé. Aussi, n’allumez pas votre télévision lors de vos cours à distance. Évidemment, mettez votre téléphone en silencieux et ne l’ayez pas sous la main ! Si besoin, mettez un casque audio pour être pleinement concentré et ne pas s’attarder sur les bruits parasites.

5 – Prenez des pauses sans écrans !

Nos yeux ne sont pas habitués à passer tant de temps devant notre écran d’ordinateur. Il est important de faire des pauses (vous êtes en droit d’en demander une à votre professeur si vous sentez que vous ne pouvez plus suivre.) Pendant celles-ci, prenez le temps de prendre l’air, buvez un café ou mangez un petit bout, parlez avec vos amis ou votre famille, mais quittez votre écran d’ordinateur ! Votre cerveau en a besoin pour être capable de se recentrer sur le travail ensuite. Attention, faire une sieste n’est peut-être pas la meilleure idée si vous voulez être sûrs de repartir de plus belle, restez tout de même actifs.

pause travailler a distance

6 – Gérer son temps

En dehors de son emploi du temps de cours à distance, il faut fournir un travail personnel pour réussir. De ce fait, votre organisation quotidienne est fondamentale, autant pour le travail que dans votre vie. Déjà, définissez à quel moment de journée vous travaillez le mieux, car il est inutile de travailler tôt le matin si vous savez que vous êtes plus productifs le soir.

Votre agenda sera votre meilleur ami, inscrivez-y tout ce que vous devez y faire dans le moindre détail, essayez de respecter les deadlines que vous vous êtes fixés au maximum et consultez le souvent. Si vous n’avez pas d’agenda papier, mettez-vous des alertes dans vos agendas sur téléphone ou créez-vous un emploi du temps sur Trello.

 

 

Vous voilà prêt à affronter le télé-travail comme des pros ! N’hésitez pas à consulter notre dernier article sur l’entreprenariat :

Devenir auto-entrepreneur, ça signifie quoi ? 

Devenir auto entrepreneur, ça signifie quoi?

Devenir autoentrepreneur, ça signifie quoi?

 

 

 

  • Pourquoi se tourner vers l’entrepreneuriat?

Aujourd’hui 40% des entrepreneurs français déclarent être / ou avoir été accompagnés durant leur démarche. En revanche 48% des entrepreneurs déclarent qu’ils manquent de l’aide au financement, du conseil sur la stratégie et le développement mais aussi de la mise en relation avec des contacts clés pour que leur croissance soit plus importante.

Vous vous demandez sans doute quels organismes, quels outils pourraient vous accompagner pour vous lancer ? 

Si comme nous vous êtes convaincus que la création d’entreprise est une richesse pour la France, alors restez avec nous, on vous donne tous les infos nécessaires  pour vous lancer.

 

  • Les aides financières pour se développer : 


Évidemment la première chose essentielle à faire avant de se lancer, c’est de s’assurer de disposer d’un financement suffisant, sur le long terme, pour pouvoir développer son entreprise. Plusieurs possibilités s’offrent à vous. Vous avez la possibilité si vous le souhaitez, d’investir à l’aide de votre apport personnel ou avec à l’aide d’un ou des associés.

 

  • Financement interne ou externe?

Vous avez le choix entre le financement externe et le financement interne, qu’elle est la différence? Le financement interne qu’on appelle l’autofinancement, est envisageable lorsque vous possédez suffisamment de revenu sur votre compte courant et sur votre compte épargne pour pouvoir financer votre projet. Si votre épargne est insuffisante, vous serez contraint de passer par le financement externe. Il est possible de financer vos projets par financement externe indirect, en ayant recours à des intermédiaires, les banques. Il est également possible de faire appelle à un financement externe direct, qui signifie se rendre sur le marché financier pour émettre des actions, des obligations, sans passer par des intermédiaires.

Avec l’essor des réseaux sociaux, le financement participatif, ou crowdfunding a connu beaucoup de succès depuis quelques années. C’est un outil de financement de création d’entreprises diffusé sur les réseaux sociaux, qui permet à l’entrepreneur de recueillir, auprès de particulier ou d’entreprises, le capital initial nécessaire au lancement de son projet.

 

  • S’installer quelque part  : 


Dans un local, en co-working ou même chez vous, plusieurs possibilités s’offre à vous pour vous trouver un endroit propice où vous pourrez développer et concevoir vos moyens de développement. 

Le choix va bien sur varier en fonction du budget que vous avez mais aussi en fonction du réseau que l’on veut toucher.

Le choix d’un espace de co-working va par exemple vous permettre, d’avoir plusieurs entreprises avec qui vous allez évoluer au quotidien. 

 

Il existe également différents endroits et bureaux qui sont là pour vous accompagner de A à Z dans votre création d’entreprise et même par la suite dans son développement

 

Chronologiquement c’est la couveuse qui va vous aider en premier dans votre démarche vous permettant de tester votre activité avant que celle-ci soit créée (cela évite les mauvaises surprises). 

Vous avez ensuite les incubateurs qui accueillent les entreprises fraîchement créés, cela vous accompagnera dans votre développement vous laissant ainsi évoluer vers les accélérateurs qui accompagnent notamment les entreprises du web.

 

Enfin votre objectif sera de finir vos premières années de développement dans une pépinière qui vous héberge dans l’attente que vous preniez votre grand départ vers de vrais bureaux. 

 

Voici un l’incubateur de Bordeaux : https://ubeelab.u-bordeaux.fr/ubeelab/ 

Cela se décide également par rapport à la concentration que l’on peut avoir et l’ambiance de travail que l’on veut. 

Voici un lien qui mène à un espace de co-working sur Bordeaux : https://www.elab-coworking.com/ avec un budget moyen sur bordeaux de 250€/mois 

Et pour  un local à pour budget minimum 600€/max 

 

  • Le réseau : 

 

Il existe différents moyens pour développer son réseau. Vous pouvez par exemple rejoindre une association ou un club. Il existe beaucoup d’associations partout en France qui ont pour but de rassembler des entrepreneurs où des conférences sont organisées. L’intérêt est donc de pouvoir échanger avec les mêmes personnes que vous dans un contexte professionnel et conviviale en même temps. 

Vous pouvez aussi vous aider d’outils numériques. 


L’application Shapr vous permet de créer votre profil d’entrepreneurs. Une fois votre compte activé, l’application va pouvoir tous les jours vous proposer 10 contacts en fonction de vos centres d’intérêt professionnels et personnels, votre localisation et votre expérience utilisateur. Shapr vous permet de développer votre réseau, partager votre expérience avec des professionnels, en apprendre de leurs expériences pour vous inspirer de leur succès comme de leurs échecs!

 

Voici également un groupe Facebook regroupant des entrepreneurs de Bordeaux, ainsi que des chefs d’entreprises, des

professionnels du libéral et des artisans  : https://www.facebook.com/lesentreprenants33/ 

 

  • Les compétences intellectuelles : 

 

Grâce au réseau, nous pouvons trouver des professionnels qui nous aide grâce leur compétences pour vous aider avec vos fournisseurs, vos partenaires ou encore vos sous-traitants. Même au niveau financier avec des clubs d’investisseurs. Ils peuvent aussi nous conseiller sur l’administratif de notre entreprise.

 

Il est finalement important de rester à l’affût des opportunités qui s’offrent à vous. N’ayez pas peur de parler de votre nouvelle entreprises autours de vous, soyez actifs sur les réseaux sociaux, ne négligez pas les petites rencontres du quotidien 

 

Vous pouvez maintenant commencer à y voir plus clair et comprendre où vous allez. Une fois après avoir listé, les ressources-clés dont vous avez besoin pour entreprendre, il s’agira de les intégrer dans votre business model.